Archives de catégorie : Séminaire

Séminaires Redisco

 

Une journée d’études aura lieu le vendredi 7 juillet 2017. Plus d’informations bientôt.

———————————-

Le cinquième séminaire de recherche Redisco a eu lieu le mardi 7 mars 2017. La matinée de 10h à 12h30 était ouverte au public. Nous avons accueilli Sarah Croché, professeur à l’Université de Picardie et Anne Vézier, maître de conférences à l’Université de Nantes. Plus d’informations ici: seminaire-n5-redisco-7-mars-17-ecp-affiche

 

 

Un guide pédagogique pour l’éducation interculturelle

Du 7 au 11 mars 2016, nous avons accueilli Sivane Hirsch de l’Université du Québec à Trois-Rivières, pour commencer à mettre en place le volet empirique d’une comparaison France-Québec sur le thème des religions, des discriminations et du racisme en milieu scolaire. Sivane Hirsch a également exposé les enjeux d’objectifs ministériels fortement valorisés au Québec: intégration des élèves dans une même culture commune, éducation interculturelle, éducation au dialogue, etc.   Pour mieux comprendre certaines orientations québécoises, on pourra consulter un guide pédagogique réalisé dans le cadre d’un groupe de travail sur l’actualisation du vivre ensemble. En voici l’avant-propos:

Certains événements de l’actualité, qu’elle soit nationale ou internationale, nous touchent, nous inquiètent, nous bouleversent, nous découragent même… Ils questionnent nos valeurs et nous interpellent en tant que parents, citoyens et intervenants en milieu scolaire. Inévitablement, nous sommes perplexes devant la nécessité de revenir sur ces événements avec les élèves. Faut-il nécessairement en parler? Si oui, comment éviter les dérives, contourner les écueils? Comment s’assurer de composer avec les différents points de vue qui pourraient être émis? Quelle posture adopter? Y a-t-il des précautions à prendre pour prévenir les débordements? Prenant acte de ces questionnements, le Centre d’intervention pédagogique en contexte de diversité, en collaboration avec le Services des ressources éducatives et Sivane Hirsch, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières, a souhaité, dans une perspective de consolidation du vivre-ensemble en contexte de diversité, proposer un guide pédagogique sur ce qu’il est convenu d’appeler les « sujets sensibles ».

Apports de l’histoire à la question du fait religieux à l’école

Brigitte Caulier, professeur titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval (Québec), membre du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ), est intervenue lors du premier séminaire de la recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire. Son apport permet de donner d’emblée une dimension internationale à l’enquête. Il interroge en particulier les liens entre histoire, théologie (conservatrice ou progressiste), sciences sociales et éducation. Le texte ci-dessous, qui concerne le Canada et le Québec en particulier, tout en abordant aussi d’autres pays, permet de saisir l’influence des histoires nationales et régionales sur l’approche des religions à l’école. En outre, il formule des questions épistémologiques sur les liens entre différentes disciplines qui ambitionnent de traiter, chacune à leur manière, des « faits religieux ».

Brigitte Caulier

Le séminaire mis sur pied par Françoise Lantheaume porte sur une thématique « Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire » qui relève de l’urgence. Mon intervention s’inscrit autour de l’histoire sur deux plans : en tant que discipline scolaire et ses apports à l’enseignement des faits religieux à l’école et en tant que discipline de recherche qui contribue à la fois à l’avancement des connaissances sur le passé religieux de nos sociétés et sur les modalités anciennes de l’enseignement de la religion, des religions et sur la religion.

Pour comprendre mon propos, il est important de situer mon discours. J’enseigne l’histoire socioreligieuse du Québec à l’Université Laval (Québec) aux étudiants en histoire bien sûr, mais également à celles et à ceux de sciences de l’éducation, de théologie et de sciences religieuses. Je contribue à la formation de futurs enseignants du secondaire et de personnes impliquées dans la pastorale. Par cet enseignement, je m’intéresse également à la place de l’histoire dans la formation des  étudiants qui interviendront dans le cours d’éthique et culture religieuse qui est obligatoire dans les écoles primaires et secondaires du Québec, depuis septembre 2008, aussi bien dans les établissements francophones qu’anglophones. Depuis le 19e siècle, le système scolaire public québécois réglait la question du bilinguisme et du pluralisme religieux en cloisonnant les institutions sur une base confessionnelle – catholique et protestante. La religion y était donc une matière scolaire à part entière. Au Canada, l’éducation est de compétence provinciale, avec comme conséquence qu’il n’existe pas de système scolaire public unifié.

Mes recherches portent sur l’histoire de l’enseignement de la religion au Québec, dans différentes institutions catholiques, dont les écoles et les paroisses. J’établis des comparaisons avec le secteur protestant. J’explore le profil et la formation des enseignants, les méthodes, les programmes, les manuels utilisés. J’ai également étudié la formation internationale des cadres de la catéchèse à partir des années 1950 à l’Institut supérieur de pastorale catéchétique de Paris (ISPC) et à l’Institut Lumen Vitae de Bruxelles. Il s’agit ultimement de cerner la formation religieuse des populations et les enjeux identitaires qu’elle sous-tend, sur la longue durée, dans une province où la diversité religieuse est ancienne.

Je vais profiter de la publication récente des actes d’un colloque international Enseigner les religions : Regards et apports de l’histoire[1] pour aborder les défis de l’interdisciplinarité dans ce domaine de recherche, comment l’histoire s’y insère et y est mobilisée. Enfin, je relèverai les impacts du pluralisme contemporain sur l’enseignement des faits religieux à l’école.

1. Les défis de l’interdisciplinarité

 

Les travaux sur les modalités de l’apprentissage des valeurs religieuses, des croyances et des pratiques par un enseignement structuré, ainsi que le contenu de ce dernier, depuis le 16e siècle jusqu’à nos jours, remontent aux années 1980. Sans compter les études sur le statut confessionnel ou laïc des systèmes d’éducation, très nombreuses.

La recherche historienne a emprunté les avenues de l’histoire du livre, de l’histoire socioreligieuse et de l’éducation pour aborder la formation religieuse des populations à convertir ou à maintenir dans la religion, et les enjeux identitaires qui l’accompagnent. Les législations de l’enseignement religieux, les catéchismes et leur iconographie, la formation des enseignants et du clergé ont servi de point d’ancrage aux recherches. Au fil des années, on a abordé le passage de l’oral à l’écrit, les méthodes pédagogiques, la réforme des catéchismes et des manuels, les crises suscitées par ces réformes, le rapport de la norme à la pratique, l’affirmation des autorités et leurs rivalités, la confessionnalité scolaire.

Enseigner les religions

La nature même de l’objet a attiré des chercheurs d’autres disciplines : théologiens, catéchètes, pédagogues, anthropologues, sociologues. S’y adjoint, dans le volume des actes mentionnés, une historienne de l’art, Isabelle Saint-Martin. Tous, à moment ou à un autre, sont interpelés par l’histoire ou y ont recours. Les théologiens ont dû se familiariser avec la discipline pour mener leurs recherches, lorsqu’ils ont à manipuler des sources historiques pour compléter l’analyse des catéchismes ou des manuels de catéchèse, par exemple. Dans l’enseignement ou la recherche, l’inclusion de connaissances historiques sur la religion ou les religions s’impose. Continuer la lecture de Apports de l’histoire à la question du fait religieux à l’école