Archives par mot-clé : Géographie

Enseignement des faits religieux dans les manuels de lycée

Juliette Benelli – Professeure d’Histoire-Gégraphie, LPO R. Rolland, Goussainville (95), Enseignante-associée, Institut français de l’éducation (Ifé) & Université Lumière Lyon 2
 

Introduction

            Dans un contexte politique et social où les questions religieuses sont vues comme des « questions socialement vives »[1],  c’est-à-dire des sujets qui sont encore travaillés par les scientifiques, tout en demeurant au cœur d’enjeux sociétaux et donc traités de diverses manières par les médias, un enseignement des faits religieux semble depuis une vingtaine d’années pertinent, afin de former à l’esprit critique et d’anticiper d’éventuels malentendus. En effet, l’école française est un lieu de rencontre de citoyens en devenir, qui s’identifient (directement ou via leurs familles) à différentes identités, cultures et/ou religions. Dans les programmes comme chez les élèves ou les personnels, il importe de clarifier ces enjeux qui tiennent un rôle incontournable dans les interactions et les enseignements. L’approche distanciée des religions est ainsi un enjeu important dans notre société dite « multiculturelle » et sécularisée. Les religions sont souvent convoquées dans les médias avec plus ou moins de valeur scientifique ou d’objectivité. La vivacité de cette question est ainsi, également, prégnante à l’école, où les élèves comme les professeurs n’y sont pas confrontés de la même manière. Chacun de ces deux groupes d’acteurs doit être outillé afin de réagir aux polémiques et questionnements. En 2002, déjà, Régis Debray écrivait dans un rapport au ministre de l’Éducation nationale:

 « […] Refuser de promouvoir une matière à part entière peut devenir un bénéfice intellectuel puisque le religieux est transversal à plus d’un champ d’études et d’activités humaines. Ce peut être, en sens inverse, un danger pédagogique, celui du saupoudrage et de la désinvolture. Il nous faut donc cheminer, dans le climat du moment, entre le trop et le trop peu. » [2]

            Aujourd’hui, quinze ans après cette phrase et ce rapport, il semble nécessaire de retrouver la juste balance entre le « trop et le trop peu » en refusant de constituer les faits religieux comme une matière spécifique. Mais le danger annoncé du « saupoudrage » est présent, non pas par « désinvolture », particulièrement « dans le climat du moment », mais à cause d’un manque de formation à la fois des élèves et des professeurs.

            Ainsi, alors que R.Debray préconisait un enseignement d’une dizaine d’heures en deuxième année de formation initiale des enseignants, ce n’est toujours pas le cas pour tous les cursus ; alors qu’il indiquait la nécessité d’un Institut européen des sciences des religions, fondé finalement en 2002, pour être le recueil et la source d’outils pédagogiques et didactiques pour les professeurs en exercice, celui-ci leur est très largement inconnu. Nous parvenons ainsi aux deux questions suivantes:

  •   Qu’en est-il de l’éducation des élèves sur les faits religieux proposée par les différents éditeurs de manuels au lycée, que ce soit au lycée général, technologique ou professionnel ? De quelle manière sont traités les faits religieux dans les manuels scolaires?
  • En quoi la lecture des productions éditoriales à destination des enseignants illustre-t-elle l’existence de questions socialement vives autour des faits religieux que ces ressources n’apaisent pas en les objectivant ?

            Pour étayer notre analyse, nous nous focaliserons sur les programmes de l’avant-dernière réforme (2009) et l’étude des manuels de lycée. Ainsi, nous nous arrêterons sur la Seconde générale et technologique, les Secondes professionnelles, puis la Première ES/L, la Première STMG et enfin les Premières professionnelles..Nous étudions principalement les « textes auteur » (le « cours » ou la « leçon ») et leur problématique, les documents iconographiques auxquels renvoient ce texte, les personnages historiques, les notions et les dates mis en valeur. Si l’objectif scientifique recherché dans un cours relève essentiellement de la transmission de connaissances, nous démontrerons que l’historicisation grâce aux sources peut être plus problématique. Continuer la lecture de Enseignement des faits religieux dans les manuels de lycée