Archives par mot-clé : Laïcité

L’enseignement du fait religieux. École, république, laïcité

Compte-rendu de Urbanski Sébastien (2016). L’enseignement du fait religieux. École, république, laïcité. Paris: PUF, 264 p.

Isabelle Bourdier-Porhel

Sébastien Urbanski propose dans cet ouvrage d’une rare densité, paru en septembre 2016, une nouvelle lecture de l’enseignement du fait religieux. Il interroge l’indétermination des objectifs du projet ministériel, pourtant républicain et laïque. Soit cet enseignement a pour objectif la transmission de connaissances, et dans ce cas, il n’est pas novateur, soit il est possible de déceler, dans un certain discours institutionnel, un objectif d’initiation au spirituel et à une dimension expérientielle du religieux. Il y aurait alors un glissement confessionnel et spiritualiste, faisant de l’enseignement du fait religieux un évènement, révélateur d’une nouvelle laïcité. L’auteur la qualifie de « laïcité d’intégration », qui valorise la compréhension du religieux centré sur les monothéismes (reconnaissance de la diversité), les appartenances collectives et la mobilisation de références identitaires (injonction à l’unité). Sébastien Urbanski analyse ce discours sur l’enseignement du fait religieux en mobilisant les sciences sociales et la philosophie politique, à travers les travaux de Cécile Laborde et Philip Pettit.

Laborde perçoit dans le républicanisme français une tendance nationaliste, s’appuyant sur des entités collectives à travers des valeurs communautaires franco-françaises, pouvant être religieuses – allusion aux origines judéo-chrétiennes évoquées par Nicolas Sarkozy -, dont de nombreux citoyens ne sont pas prêts à être les sujets. Au contraire, P. Pettit, à travers le républicanisme critique, défend la pertinence d’un individualisme holiste, se méfiant d’un collectivisme qui promeut des croyances communautaires et arbitraires qui privilégient le groupe majoritaire, et qui peuvent donc interférer avec les croyances des individus. Le rôle de l’Etat, selon le principe de non-domination, est d’être régulateur afin d’éviter que le groupe majoritaire n’impose des croyances aux plus faibles ; ainsi qu’émancipateur, mais sans être coercitif. La laïcité ne nécessite pas de définir une identité qui serait considérée comme la seule entrée vers la citoyenneté.

Dans un premier temps, Sébastien Urbanski rend compte du nouveau contexte scolaire, dans une période d’avancement de modernité (modernité tardive), et de son évolution depuis le discours durkheimien jusqu’aux travaux de la sociologie critique.

41s1zorb1ml-_sx328_bo1204203200_-2

Emile Durkheim a posé comme principe que l’école était le vecteur de la conscience collective, permettant la transmission d’une culture universelle, auquel les élèves adhéraient par l’autorité éducative. Si le but était de créer des individus subordonnés à la société, l’école avait tout à la fois une fonction d’intégration et d’émancipation, dès lors que l’appropriation de « croyances collectives fondamentales » était la condition de l’acquisition de représentations individuelles. La critique bourdieusienne dénonce des « croyances collectives centrales » imposées par les classes dominantes. L’école inculque des représentations inconscientes (habitus) qui sont des représentations collectives incorporées, légitimées par l’école, auxquelles les individus doivent adhérer, à moins que la réflexivité du sociologue ne leur permette d’y échapper. Au contraire, pour Luc Boltanski et Laurent Thévenot qui reconnaissent aux individus davantage de compétences critiques, ces croyances collectives ne sont plus centrales. Les individus tendent à se libérer des représentations incorporées en refusant l’homogénéisation des valeurs et des principes, en adoptant des logiques d’action individuelles qui dénoncent l’école et rendent la logique d’intégration moins évidente (R. Boudon). Les idéaux de bonheur ou d’école comme lieu de vie sont promus. Le but est alors de créer un individu autonome apte à avoir des croyances personnelles.

Dès lors, le contexte scolaire en modernité tardive est caractérisé par l’individualisation des croyances, la négociation de certains principes qui perdent leur dimension collective, comme la laïcité scolaire, l’autonomie des individus liée au déclin des institutions, qui ne sont plus en mesure de résorber les tensions entre individualisme et intégration sociale.

Or, le rapport Debray (2002) intitulé L’enseignement du fait religieux dans l’Ecole laïque suggère la nécessité d’une identification à une collectivité pour vivre ensemble. C’est pourquoi il a donné lieu à des débats importants. Le fait religieux y est présenté comme pouvant résorber un supposé déficit de collectif. Continuer la lecture de L’enseignement du fait religieux. École, république, laïcité

Les faits religieux en histoire au collège

État des lieux d’un enseignement laïque aux enjeux multiples

Isabelle Bourdier-Porhel

Dans le cadre de l’enquête exploratoire de la recherche « Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire : entre prescrit et réel, quels ajustements dans le travail, selon quels principes de justice ? », menée par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (Lyon 2), en partenariat avec l’I.F.E.-E.N.S., il s’agit de présenter un état des lieux provisoire de la place des religions dans l’enseignement de l’histoire au collège. Nous procèderons à une comparaison des curricula prescrits (programmes et socles), sur la période 2008-2015, dans le contexte de nouvelles orientations ministérielles, qui s’inscrivent dans la réforme du collège.

  1. L’enseignement des faits religieux au collège : contexte et finalités

A la fin du XIXè siècle, alors que le législateur acte la laïcisation des programmes (1882) et des personnels (1886) et malgré la neutralité souhaitée par Jules Ferry, les pères de l’école laïque ne sont pas hostiles à un enseignement de l’histoire des religions. Ferdinand Buisson demande un enseignement laïque sur les religions et les civilisations (La foi laïque, 1908). Jean Jaurès souhaite qu’ « une idée générale de l’histoire des religions [entre] nécessairement dans le programme de l’école primaire car [les religions sont] un fait essentiel de l’histoire humaine » (Revue Sociale, 1908). Mais, le conflit des deux France, la catholique et la laïque, la responsabilité des autorités religieuses qui refusent l’émancipation des individus au sein de la société, contribuent à évincer l’enseignement des religions de l’école. Avec le risque que cela comporte de le renvoyer au cultuel, au spirituel, au surnaturel, interdisant toute analyse historique des phénomènes religieux (Willaime, 1998).

Cette question ancienne renaît dans les années 80 dans un contexte de sécularisation de la société, de démocratisation qui touche le collège et de pluralisation des publics scolaires. Dès lors, on observe une nette mobilisation de l’Institution par le biais de rapports, colloques et séminaires. Il s’agit de répondre aux dénonciations d’une inculture religieuse des jeunes, révélant leur incapacité à s’approprier leur héritage et leur culture dite « commune ». En 1983, le rapport Girault rappelle « les finalités civiques de l’histoire », « chargée de former une mémoire collective nationale » (Legris, 2010). En 1984, le colloque de Montpellier insiste sur les finalités de l’histoire scolaire, qui doit permettre l’adhésion aux valeurs républicaines, « l’insertion des élèves dans la cité », la formation de l’esprit critique et la compréhension des enjeux politiques. En 1989, le rapport Joutard met en évidence des lacunes majeures dans l’enseignement de l’histoire des religions. Et, c’est en 1998 qu’émergent du colloque de Besançon, « Enseigner l’ histoire des religions dans une démarche laïque » (1991), les nouveaux programmes de collège.

1883_religions_map

En 2002, alors que des problèmes à forte tonalité religieuse sont médiatisés à outrance, le rapport Debray dresse un bilan et des perspective pour « l’enseignement du fait religieux à l’école laïque ». Lors du colloque « Apprendre l’histoire et la géographie à l’école » (décembre 2002), Ghislaine Desbuissons, I.A.-I.P.R. d’histoire-géographie et Bernard Hourcade, directeur de recherche au C.N.R.S. interviennent sur « Le fait religieux dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie ». Le terme de « fait religieux » est désormais consacré, indiquant l’objectivité de la démarche d’enseignement, le fait étant vérifiable et démontrable. L’enseignement de l’histoire des religions ne se fait donc pas contre la laïcité, mais en son sein, dans un contexte de « maturité de la laïcité » (Borne, 2007). En 2011, un séminaire national « Enseigner le fait religieux dans l’école laïque », en partenariat avec l’I.E.S.R. se tient à Paris et ancre l’enseignement des faits religieux dans une démarche transversale1. Continuer la lecture de Les faits religieux en histoire au collège

Réflexions sur l’ « analphabétisme religieux »

Compte rendu critique de la session 4 du séminaire « Faits religieux et médias » organisé par le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) le jeudi 24 mars 2016  

Sébastien Urbanski, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

 

Les 23 et 24 mars 2016, le Groupe Sociétés Religions Laïcité (EPHE-CNRS) a organisé un intéressant colloque sur « Faits religieux et médias ». J’en propose ici un compte-rendu critique à partir de la quatrième session, incluant deux tables rondes. Celles-ci permettent d’ouvrir un débat sur le fonctionnement des médias, les caractéristiques du public, le travail des journalistes et ce qui est appelé l’« analphabétisme religieux » des Français (pour un compte-rendu de la première  journée, voir la contribution de Charlène Ménard). Ma perception est forcément subjective et le lecteur souhaitant avoir une vue plus globale pourra consulter les vidéos du colloque.

  1. Première table ronde : Pratique et déontologie journalistiques à l’épreuve des faits religieux

La première intervenante est Sophie Gherardi, responsable du site aujourd’hui fermé fait-religieux.com. Sa première remarque est importante car elle sera exprimée sous différentes formes par d’autres participants : il y aurait en France une méconnaissance voire une indifférence envers le mobile religieux, mais aussi de fréquents « pics névrotiques » lorsque ce sujet est évoqué. Les Français auraient tendance à ignorer le fait qu’au nom de la religion, on puisse se positionner un peu différemment.

Cette thèse résume déjà assez bien l’esprit de cette quatrième session, marquée par une volonté d’analyse tout à fait salutaire, mais aussi par une déploration du désintérêt des Français à l’égard de la religion. Certes, il serait tout aussi déplacé de dire que la connaissance du « fait religieux » est en France excellente. Mais on peut aussi rappeler que la France est un pays très sécularisé, avec une grande proportion de non-croyants et de personnes sans religion. Dans cette perspective, on peut comprendre une certaine indifférence à l’égard du « religieux » avant de la déplorer. Cela dit, l’exposé de Gherardi est instructif. Elle explique que le site fait-religieux.com était destiné à diffuser des informations de qualité pour que les citoyens puissent se faire une idée plus exacte « du paysage religieux et de sa vie ». Le site disposait de moyens, était en mesure de mobiliser des journalistes. Toutefois, il s’est heurté au problème général de la crise la presse.

Selon Gherardi, certaines évolutions positives sont à remarquer, notamment à propos de la compréhension du principe de laïcité. Par exemple, au début de l’existence du site internet mentionné, soit en 2012, les entrepreneurs semblaient penser que puisque la France est laïque, alors les entreprises sont laïques. Un travail de pédagogie a permis de montrer que la laïcité concerne l’Etat et ses extensions. Aujourd’hui la plupart des entrepreneurs contactés savent mieux définir ce qu’est la laïcité : liberté de conscience, de l’exercice des cultes… La réponse selon laquelle ce principe équivaudrait à l’« interdiction de la religion dans l’espace public » devient plus minoritaire. Il semble donc que le débat public contribue à informer vraiment les citoyens.

church_of_the_holy_cross_in_rzeszow_radio_via

Ces analyses instructives se mêlent toutefois, de nouveau, à un discours plus moralisateur. Ainsi, le site fait-religieux.com aurait disparu en raison d’un problème spécifiquement français qui est le suivant : « en France on a beaucoup de mal à s’intéresser à la religion de manière naturelle ». Mais en quoi est-ce véritablement un problème ? On pourrait penser que ceux qui s’intéressent à la religion de manière naturelle sont les croyants, peut-être aussi les anciens croyants. Pour d’autres, l’intérêt est indirect : comprendre un événement historique, une crise politique, des tractations diplomatiques… Autrement dit, dans une société fortement sécularisée, il n’est pas étonnant de constater un faible intérêt « naturel » pour les religions.

La méconnaissance des religions irrite visiblement Gherardi, ce qu’elle exprime en racontant l’anecdote suivante. Un journaliste lui posa une question sur monseigneur Barbarin et l’affaire de crimes pédophiles qui a secoué le monde médiatique en février 2016 : « combien de temps monseigneur Barbarin peut-il tenir ? ». L’oratrice explique que cette question révèle une ignorance regrettable du fait religieux, car monseigneur Barbarin n’est pas un homme politique qui pourrait avoir à démissionner sous les huées. Les évêques sont en effet nommés par le pape, et monseigneur Barbarin n’a pas à répondre devant le pape mais devant la justice. Ces explications très claires sont bienvenues. Peut-être la question du journaliste aurait-elle pu être mieux formulée, mais cela la rend-elle non-pertinente ? Il semble bien que des révocations d’évêques par le pape aient déjà eu lieu par le passé en raison de comportements non appropriés d’après des critères ecclésiaux. Et le 4 juin 2016 (soit après le colloque dont il est question ici) l’Eglise catholique a publié un décret stipulant que les évêques qui se rendront coupables de « négligence dans l’exercice de leur fonction » vis-à-vis de cas « d’abus sexuels commis sur des mineurs ou des adultes vulnérables » pourront être révoqués. La question du journaliste pourrait donc être comprise comme une occasion de clarifier ces points difficiles. La déploration de l’« analphabétisme religieux » est-elle ici vraiment appropriée ?

Jean-François Mayer (Fribourg) développe un point de vue moins normatif et plus nuancé. Il présente un autre site internet, toujours accessible, intitulé Religioscope, qui fait le lien entre les recherches et la communication de leurs résultats. Né en 2002, Religioscope prend acte des transformations que l’ère d’internet implique pour les religions mais aussi pour la recherche. Le point de vue encouragé sur ce site est « empathique et non confessionnel », refusant de tomber dans le prescriptif ou la sympathie naturelle pour une religion en particulier. Les désaccords au sein de la rédaction n’empêchent pas un accord global qui permet de faire fonctionner Religioscope, même sur des « petits sujets » apparents comme les noirs Abayudaya d’Ouganda, convertis au judaïsme[1] ; il s’agit d’un article très consulté. En somme, l’objectif est de promouvoir un journalisme académique, axé sur l’international, évitant de privilégier par exemple une lecture « française », ou « suisse », etc. Le succès du site a permis de former des journalistes sur le fait religieux, en accord avec ministère des affaires étrangères suisse. Continuer la lecture de Réflexions sur l’ « analphabétisme religieux »

Le fait religieux à l’École

Le fait religieux à l’École

Plusieurs membres de l’équipe REDISCO ont eu le plaisir de contribuer à la formation de formateurs « Le fait religieux à l’École » à l’Ifé-ENS de Lyon le 1er février 2016. Des interventions suivies de discussions viennent d’êtres mises en ligne par l’Ifé: http://ife.ens-lyon.fr/formation-formateurs/catalogue-des-formations/formations-2015-2016/le-fait-religieuxs-a-lecole/le-fait-religieux-a-lecole 

fait religieux3.jpg

 

La laïcité falsifiée

Compte-rendu de Baubérot Jean (2014). La laïcité falsifiée. Paris : La Découverte, 228 p.

Charlène Ménard, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

Jean Baubérot est professeur émérite de la chaire Histoire et sociologie de la laïcité à l’EPHE. Il a fondé le Groupe « Sociétés, religions, laïcités » (CNRS-EPHE), dont il est toujours membre. Ses nombreux travaux sur la laïcité (La laïcité sans frontières, Seuil, 2011 ; Vers un nouveau pacte laïque, Seuil, 1990 ; Les laïcités dans le monde, PUF, 2007 ; etc.)  font autorité et ont été traduits en quatorze langues. En 2008, il avait déjà attiré l’attention sur un travestissement de la laïcité dans son ouvrage La laïcité expliquée à M. Sarkozy et à ceux qui écrivent ses discours (Albin Michel, 2008). Il tient également un blog sur le site Mediapart (http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-bauberot) sur lequel il traite de l’actualité en lien avec la laïcité.

La laïcité falsifiée a été publiée une première fois en 2012. Ici, c’est la dernière édition de 2014, avec une nouvelle postface traitant de « La laïcité et la gauche ». Il y résume l’accueil de son livre en 2012, puis l’évolution de la laïcité après « les années Sarkozy ». Il donne également quelques perspectives pour la gauche maintenant au pouvoir.

Cet ouvrage est un livre de vulgarisation, engagé et s’adressant à tout public. Baubérot part ici des faits pour démontrer la falsification de la laïcité par la droite et l’extrême droite. Les opinions de l’auteur sont clairement visibles et argumentées. Cet ouvrage a été écrit dans un contexte de questionnements et de débats  autour de la laïcité et de l’identité nationale qui ont eu lieu tout au long du quinquennat de N. Sarkozy.

Baubérot part du constat que la laïcité, auparavant un apanage de la gauche, est aujourd’hui devenu un principe très régulièrement évoqué et utilisé par la droite et l’extrême droite. Il dénonce cette droitisation et cette nouvelle conception de la laïcité qu’il appelle « laïcité identitaire » ou « catho-laïcité » et qu’il théorisera plus tard dans son livre Les 7 laïcités françaises[1]. Il énumère ainsi les conséquences et les causes de la naissance de cette « nouvelle laïcité » dans la société. Il exprime un fort sentiment d’inquiétude et de rejet de cette laïcité qu’il dénonce ici dans un style pamphlétaire et accusateur.

Pour étayer son propos, Baubérot se base sur des articles de presse, des discours politiques, des faits historiques et sociaux. Il découpe son ouvrage en 8 chapitres thématiques. Dans les 6 premiers, il présente, sous un angle à chaque fois différent, le glissement de la laïcité de gauche en ce qu’il appelle ici la laïcité UMPénisée (à travers les faits d’actualité, le traitement médiatique, le Haut conseil à l’intégration, la vision de la femme). Dans le septième chapitre, il présente « un programme républicain pour refonder la laïcité ». Il y énonce 3 conditions pour cette refondation de la laïcité sur les principes de liberté, d’égalité. Dans un dernier chapitre il évoque la nécessité de n’être « ni pute ni soumise », de résister et de s’approprier une « laïcité intérieure ».

Le FN, avec à sa tête Marine Le Pen, s’est emparé des occurrences très médiatisées et pourtant très isolées et mineures des prières de musulmans dans les rues[2] pour afficher une nouvelle vision de la laïcité, une laïcité qu’il faudrait « défendre » contre le communautarisme. Ainsi, selon l’auteur, Marine Le Pen a réussi, à travers la surmédiatisation de cet événement, à créer un consensus général (à droite comme à gauche) sur la nécessité de défendre la laïcité. Baubérot dénonce ici ce qu’il appelle le « montre doux », c’est-à-dire la machine médiatique diffusant un système de culture de masse qui supprime la frontière entre fiction et réalité et joue sur les peurs des individus pour faire « du buzz » sans approfondir les questions. L’auteur constate ainsi que la laïcité bascule du champ du politique vers le champ du médiatique, les médias surréagissent face aux faits, créent une inflation idéologique et produisent ainsi des catégories, des perceptions du monde et des groupes sociaux déformées et stéréotypées dans lesquelles les individus s’engouffrent.

Ensuite, au sein de l’UMP, la laïcité est défendue à travers un biais idéologique et une stigmatisation d’une communauté en particulier : les musulmans. L’UMP souhaitait mener un grand débat sur l’identité nationale or, ce débat a été dénoncé par le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) et par les évêques de France comme s’attaquant ouvertement à l’islam sous le couvert de la laïcité tout en instrumentalisant les peurs des citoyens. L’UMP construit alors une vision biaisée de la laïcité. C’est ce que l’auteur nomme la « catho-laïcité », une laïcité à 2 vitesses, douce pour les catholiques et dure pour les musulmans. Tous ces questionnements autour de l’identité nationale et de la stigmatisation des communautés musulmanes troublent l’opinion publique et les politiques. L’UMP réduit la laïcité à la simple liberté religieuse alors qu’elle inclut également le libre exercice des cultes et la liberté de ne pas croire. C’est une nouvelle laïcité, restrictive et de contrôle que l’UMP promeut à travers ce débat autour de l’identité nationale.

Continuer la lecture de La laïcité falsifiée

Histoire juridique de la laïcité

Un remarquable travail de synthèse réalisé par Judith Ardagna à l’Institut d’Etudes du Travail de Lyon et à l’Université Lyon 2, lors d’un stage au centre Alain-Savary sur les textes juridiques et réglementaires qui encadrent la laïcité.

 

  Effets Définition de la laïcité Définition du rôle de l’Ecole
Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 1789[1]

Norme constitutionnelle

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 1789[2]

Norme constitutionnelle

* droits naturels et imprescriptibles de l’homme : liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression (article 2)

* Article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

* article 11 : « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ».

 
Loi du 30 octobre 1886 sur l’organisation de l’enseignement primaire (loi Goblet) Art. 17 : « Dans les écoles publiques de tout ordre, l’enseignement est exclusivement confié à un personnel laïque ». Le terme « laïque » n’a pas encore le sens qui lui est prêté aujourd’hui : il désigne encore seulement le personnel n’exerçant pas de fonction officielle dans l’Église
Loi du 9 décembre 1905[3]

Définit le régime juridique des relations entre l’Etat et les cultes.

 

** l’Etat ; les principes constitutionnels :

– il est tenu de respecter le droit de tout individu de manifester sa foi par le culte

– il doit observer une devoir de neutralité envers les diverses confessions

** Les règles édictées par les différentes confessions religieuses doivent respecter la législation nationale.

*  Article 1 : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » vu comme un principe fondamental de la République

* article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Un principe qui n’est pas rigide et admet des exceptions : « Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons ».

Article 31 : « Sont punis (…) ceux qui, soit par voies de fait, violences ou menaces contre un individu, soit en lui faisant craindre de perdre son emploi ou d’exposer à un dommage sa personne, sa famille ou sa fortune, l’auront déterminé à exercer ou à s’abstenir d’exercer un culte, à faire partie ou à cesser de faire partie d’une association cultuelle, à contribuer ou à s’abstenir de contribuer aux frais d’un culte. » >> prosélytisme

Aucune mention explicite de la laïcité.

BRAU : la laïcité est entendue comme le refus de l’assujettissement du politique au religieux et réciproquement.

Circulaire du 31 décembre 1936 par Jean Zay[4]

Sujet : des agitations politiques dans les lycées et collèges

* « les vrais coupables ne sont pas les enfants ou les jeunes gens, souvent encore peu conscients des risques encourus et dont l’inexpérience et la faculté d’enthousiasme sont exploitées par un esprit de parti sans mesure et sans scrupule. »

* « Toute infraction caractérisée et sans excuse sera punie de l’exclusion immédiate (…). Tout a été fait dans ces dernières années pour mettre à la portée de ceux qui s’en montrent dignes les moyens de s’élever intellectuellement. Il convient qu’une expérience d’un si puissant intérêt social se développe dans la sérénité. Ceux qui voudraient la troubler n’ont pas leur place dans les écoles qui doivent rester l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas. »

Circulaire du 15 mai 1937 par Jean Zay[5]

Sujet : complète sa circulaire de 1936

« (…) Il va de soi que les mêmes prescriptions s’appliquent aux propagandes confessionnelles. L’enseignement public est laïque. Aucune forme de prosélytisme ne saurait être admise dans les établissements, je vous demande d’y veiller avec une fermeté sans défaillance. »
Loi du 31 décembre 1959[6] relative aux rapports entre l’Etat et les établissements de l’enseignement privé * Article 1er : « Suivant les principes définis dans la Constitution, l’Etat assure aux enfants et adolescents dans les établissements publics d’enseignement la possibilité de recevoir un enseignement conforme à leurs aptitudes dans un égal respect de toutes les croyances »

Soit : rappel du principe d’égalité

Loi du 11 juillet 1975[7] relative à l’éducation * Article 1er : « … L’Etat  garantit le respect de la personnalité de l’enfant et de l’action éducative des familles »

Soit : rappel du principe de liberté de culte

Loi d’orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989 [8] * article 1er : « Dans les collèges et les lycées, les élèves disposent, dans le respect du pluralisme et du principe de neutralité, de la liberté d’information et de la liberté d’expression. L’exercice de ces libertés ne peut porter atteinte aux activités d’enseignement… »

>> C’est la première mention d’une limite à la liberté d’expression de l’élève.

Décision du Conseil D’Etat, 27 novembre 1989[9]

Type de norme : Jurisprudence

Contrôle du juge

Valeur légale : il fait jurisprudence jusqu’en 2004.

Contexte : Des collégiennes refusent d’ôter leur voile pour un cours d’EPS.

Cette affaire, très médiatisée, pose des difficultés dans l’interprétation du droit :  le ministère de l’EN  sollicite l’avis du Conseil d’Etat.

 

* Règle énoncée : Les élèves ont le droit de porter des signes par lesquels ils manifestent leur appartenance à une religion. > principe de liberté d’expression qui se couple à celui de laïcité.

* Limites de la règle : ces signes ne doivent pas :

– constituer un acte de pression/ provocation/ prosélytisme/ propagande

– porter atteinte à la liberté/ la dignité de l’élève ou d’autres membres de la communauté éducative

– poser un problème de santé ou de sécurité

– perturber le déroulement des activités d’enseignement et le rôle éducatif des enseignants

– troubler l’ordre de l’établissement ou le fonctionnement normal du service public.

>>> L’appréciation des limites de la règle est laissée aux directeurs[10] et aux chefs d’établissements[11], responsables de l’ordre dans l’établissement ; Sous contrôle du juge administratif.

>> les établissements scolaires peuvent réglementer le port des signes si cela est nécessaire selon leur contexte donné, et en respect avec la loi[12] ;

– écoles : compétence de l’inspecteur de l’académie

– collèges et lycées : compétence du conseil d’administration de l’établissement ; inscrit dans le règlement intérieur.

> refus d’admission possible si risque d’atteinte à l’ordre de l’établissement

> Exclusion possible. Ne rentre pas en contradiction avec le principe de scolarisation jusqu’à 16 ans puisqu’il existe le CNED.

* liberté de conscience des élèves :

– « droit d’exprimer et de manifester leurs croyances religieuses à l’intérieur des établissements scolaires »

« respect du pluralisme et de la liberté d’autrui »

* interdiction de la discrimination dans l’accès à l’enseignement en raison des convictions/croyances des élèves.

*l’élève :
–  doit acquérir « une culture »* Neutralité des programmes – il doit être « préparé à la vie professionnelle et à ses responsabilités d’homme et de citoyen »

il doit être tolérant et respectueux d’autrui (respect du pluralisme)

– Il doit participer à toutes les activités correspondant à sa scolarité

* l’école :

 doit « contribuer au développement de sa personnalité »

– « inculquer le respect de l’individu, de ses origines et de ses différences »

« garantir et favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes. »

Circulaire JOSPIN, 12 décembre 1989[13]

Sujet : explicitations et indications suite à l’avis du CE

Portée : texte adressé aux   Recteurs, Inspecteurs d’académie, Directeurs des services départementaux de l’Education, aux IDEN, aux Directeurs d’école et aux Chefs d’établissement scolaire

Valeur légale : Abrogée par la loi de 2004

** C’est l’équipe éducative, les Directeurs d’école et les Chefs d’établissement qui doivent évaluer si un signe pose problème ou pas. « le caractère démonstratif du vêtement ou des signes portés peut notamment s’apprécier en fonction de l’attitude des propos des élèves et des parents. »

** l’élève doit assister à tous les cours. Si non :

Equipe éducative : Poursuites disciplinaires possibles. En cas de perturbation des enseignements, mesure conservatoire d’éviction immédiate.

Inspecteur de l’académie : non-assiduité = infraction du responsable légal à l’obligation de scolarisation. Mise en demeure ; amende, voire suppression des prestations familiales

>> à titre exceptionnel, autorisations d’absences pour fêtes religieuses.

** Lorsqu’un conflit survient, les chefs d’établissement et les équipes éducatives doivent :

engager un dialogue avec le jeune et ses parents pour qu’il renonce au port des signes « dans l’intérêt de l’élève et le souci du bon fonctionnement de l’école »

– avoir d’abord « recours à la persuasion plutôt qu’à la contrainte, en appréciant la situation concrète et son contexte »

– si le conflit persiste « au terme d’un délai raisonnable », faire appliquer les règles de laïcité dans l’école « selon les procédures de droit » et sous contrôle du juge administratif : action disciplinaire telle que fixée par la loi[14] (conseil de discipline : exclusion temporaire, exclusion définitive). L’élève et sa famille doivent être entendus.

* en plus des règles édictées par le CE, JOSPIN ajoute : «  les observations et considérations qui précèdent doivent s’appliquer dans les mêmes conditions aux signes et comportements de nature et de portée politique. Sont aussi à prohiber tous les signes qui, en appelant à une discrimination selon les opinions politiques, philosophiques, religieuses, le sexe ou l’appartenance ethnique contredisent les principes, les valeurs et les lois de notre société démocratique. » >> c’est le seul texte qui a fait mention des « signes distinctifs » dans la loi française.

 

Principe constitutionnel de la République et fondement de l’Ecole publique.

– liberté de croyance

– liberté de conscience

– respect du pluralisme

– neutralité du service public

le port du voile relève de l’exercice de la liberté d’expression

« idéal de la laïcité »

– l’école ne discrimine pas

– « l’école doit vivre à l’abri de toute pression idéologique ou religieuse »

– Les enseignants : « doivent impérativement éviter toute marque distinctive de nature philosophique, religieuse ou politique qui porte atteinte à la liberté de conscience des enfants ainsi qu’au rôle éducatif reconnu aux familles. » Risque : faute grave. « trouble apporté au fonctionnement de l’établissement » : suspension immédiate.

– les élèves doivent acquérir une culture générale et une qualification reconnue quelle que soit leur origine sociale, culturelle ou géographique afin d’être responsables en tant que citoyens, et de garantir l’égalité entre hommes et femmes.

« L’école publique ne privilégie aucune doctrine. Elle ne s’interdit l’étude d’aucun champ du savoir. Guidée par l’esprit de libre examen, elle a pour devoir de transmettre à l’élève les connaissances et les méthodes lui permettant d’exercer librement ses choix. »

– « l’école publique respecte de façon absolue la liberté de conscience des élèves. »

Décisions du Conseil d’Etat, 2 novembre 1992[15] (L’affaire Kherouaa)

Sujet : contentieux relatif au port du voile dans un collège

Portée : cette décision a fait jurisprudence. Elle a apporté des précisions sur l’interdiction du voile à l’école

** l’interdiction générale et absolue de tout signe distinctif imposée par un règlement intérieur est illégale.

Le foulard islamique ne peut être interdit que s’il représente effectivement une pression/ provocation/ prosélytisme/ propagande, porte atteinte à la dignité/ liberté/ santé/ sécurité des élèves, perturbe l’ordre dans l’établissement / le déroulement des activités d’enseignement. Des preuves sont nécessaires pour justifier une sanction.

> un règlement d’établissement qui interdit purement et simplement le foulard islamique sans tenir compte de ces « nuances » est illégal. Toute décision prise en s’y référant constitue un excès de pouvoir.

> Par la suite, le CE va rester sur cette position et précise par de nombreuses décisions[16] que le prosélytisme (interdit) ne peut découler du simple port d’un signe religieux (autorisé)

> Mais également, que les troubles aux activités de l’enseignement, fréquemment invoqués par l’administration française pour justifier les décisions d’exclusion, doivent également être prouvés ; sinon, ils sont jugés inexistants[17]

Circulaire BAYROU, 1993[18]

Sujet : « respect de la laïcité »

Portée : texte adressé aux Recteurs d’académie, Inspecteurs d’académie, et chefs d’établissement du second degré

* Abrogée par la loi du 15 mars 2004

(rappel de l’avis du CE de 1989)

** « l’assiduité aux enseignements obligatoires s’impose à tous. Seules des raisons médicales, dûment constatées, peuvent justifier qu’une dispense soit accordée pour les cours d’éducation physique. Aucune autre dérogation ne peut être admise. » >> Bayrou laisse ici volontairement de côté le droit des élèves à s’absenter pour assister à des fêtes religieuses.

 « La laïcité telle qu’elle doit être pratiquée dans les établissements scolaires, a pour objectif de réunir tous les jeunes Français et non de les séparer »

 

– l’école doit « favoriser l’intégration et non la division » >> C’est la 1ère mention du terme « intégration » dans un texte officiel relatif à l’école et à la laïcité

– Transmission des valeurs (liberté, laïcité) de la République

> Ce texte est le premier « symptôme » du glissement qui va s’opérer dans la conception juridique de la laïcité depuis 1989.

Il s’oppose également à la jurisprudence, pourtant claire, du Conseil d’Etat (cf. affaire Kherouaa)

> Conformément aux pratiques en la matière, cette circulaire va se fondre dans la suivante (celle de 1994).

Circulaire BAYROU, 1994[19]

Sujet : les ports de signes ostentatoires dans les établissements scolaires

Portée : adressée

* Abrogée par la loi du 15 mars 2004

** « la présence et la multiplication de signes ostentatoires (…) sont, en eux-mêmes, des éléments de prosélytisme (…) »

** proposition d’inscrire l’interdiction de « ces signes ostentatoires » dans le règlement intérieur. Seuls sont tolérés les signes « discrets » (rappel CE 1989). En informer les parents.

** Les équipes éducatives doivent expliquer aux élèves « ce double mouvement de respect des convictions et de fermeté dans la défense du projet républicain de notre pays ».

« Cette idée française de la Nation et de la République est, par nature, respectueuse de toutes les convictions (…). Mais elle exclut l’éclatement de la nation en communautés séparées, indifférentes les unes aux autres, ne considérant que leurs propres règles et leurs propres lois, engagées dans une simple coexistence. (…)1 » « 2(suite) Cet idéal laïque et national est la substance même de l’école de la République et le fondement du devoir d’éducation civique qui est le sien. »

* devoir d’éducation : « l’accès au savoir est le moyen privilégié de la construction d’une personnalité autonome »

Les juristes s’accordent pour dire que cette circulaire est problématique sur plusieurs points :

– Problème de compatibilité avec l’article 9 de la Convention EDH

– Problème de définition du « signe religieux ostentatoire »

Champ d’application de cette circulaire

** Le Conseil d’Etat, dans l’arrêt « Saglamer » en 1995[20], réaffirme que le foulard islamique n’est pas un signe prosélyte en lui-même.

Dans la hiérarchie des normes, la jurisprudence du Conseil d’Etat est supérieure aux circulaires (qui n’ont qu’une valeur de « note de service » à l’usage des agents du service public).  Par sa décision, le CE vient donc « contrecarrer » la circulaire Bayrou et rappeler la version juridique et légale de la laïcité. Cependant, il le fait avec une certaine discrétion : l’arrêt, inédit, n’est pas répertorié dans le recueil Lebon (un ouvrage où sont consignées les décisions ayant une portée jurisprudentielle importante)…

** Le même jour, dans l’arrêt « Sysiphe »[21], le CE refuse d’annuler la circulaire Bayrou. Par sa forme, la circulaire n’oblige pas les chefs d’établissement à interdire les signes ostensibles : elle ne fait que le leur suggérer, ce qui est licite. Ce texte n’ayant aucune valeur juridique, il n’est pas recevable devant un Tribunal.

En refusant d’annuler cette circulaire, le CE ne prend pas le risque d’ébranler le système éducatif en créant une polémique. Mais il réaffirme :

–  la nécessité de traiter les dossiers au cas par cas, avec un examen minutieux des faits

– L’illégalité d’inscrire, dans un règlement intérieur, l’interdiction totale de tout signe distinctif, et le fait qu’un signe religieux n’est pas nécessairement prosélyte (cf. affaire Kherouaa)

** Mais le Conseil d’Etat rappelle clairement les limites de l’autorisation des signes religieux dans l’arrêt Aoukili[22] (1995) : le port d’un signe religieux ne doit pas perturber les activités d’enseignement ; en l’occurrence, le port d’un foulard islamique n’est pas compatible avec la pratique de l’éducation physique (N.B. : les faits sont antérieures à la 2e circulaire Bayrou. On notera néanmoins que dans ce cas, l’arrêt a été publié au recueil Lebon…)

> De 1994 à 2004 (son abrogation), ce document va donc librement circuler dans les établissements. Il est aussi repris sur les sites des principaux syndicats d’enseignants.

> La position du Conseil d’Etat a fait naître une ambiguïté : il y a fort à parier que les équipes éducatives et les chefs d’établissement ont davantage tendance à lire les circulaires qui leur sont adressées que les arrêts du Conseil d’Etat, surtout lorsqu’on n’en fait pas publicité. On peut donc imaginer que la ligne de conduite retenue par la plupart des établissements du primaire et secondaire durant cette décennie a été celle de la circulaire. L’illégalité des mesures prises dans les règlements intérieurs, conformément à la circulaire, n’apparaissait probablement que lorsqu’un contentieux éclatait, créant ainsi une incompréhension de la part des équipes éducatives et chefs d’établissement.

Loi du 15 mars 2004

Sujet : encadrer, « en application du principe de laïcité, du port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse »  dans le primaire et le secondaire public

Portée : la loi a une portée générale Ici, elle s’applique à tout.es les personnes fréquentant l’Ecole publique.

 « Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. »

> Cette loi a été transposée dans l’article L. 141‐5‐1 du Code de l’éducation.

* « Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève »

 
Circulaire du 18 mai 2004[23]

Sujet : préciser les modalités d’application de la loi du 15 mars 2004

Portée : les Recteurs d’académie, les Inspecteurs d’académie, les Directeurs des services départementaux de l’éducation nationale

* abroge :

– Circulaire Jospin 1989

– Circulaire Bayrou 1993

– Circulaire Bayrou 1994

– la jurisprudence du Conseil d’Etat

** les « manifestations ostensibles des appartenances religieuses » peuvent constituer des pressions

** Rappel aux agents du service public de l’EN de leur rôle dans la lutte contre les discriminations races/sexe (agressions physiques et verbales) : réponses pédagogiques / disciplinaires / pénales « fermes et résolues »

** application :

>  public. écoles primaires, collèges, lycées, enseignements post-bac dans des lycées.

> dans les établissements et toutes les activités sous la responsabilité des établissements & enseignants

** interdit : 

>  « les signes et tenues (..) dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse »

– le voile islamique – la kippa – une croix de dimension manifestement excessive.

* « La loi est rédigée de manière (…) à pouvoir répondre à l’apparition de nouveaux signes, voire à d’éventuelles tentatives de contournement de la loi. »

>  prétexter du caractère religieux d’une tenue / d’un signe pour refuser de se conformer aux règles applicables à la tenue des élèves dans un établissement

> s’opposer à un enseignement en raison de ses convictions religieuses

> absentéisme sélectif (obligation d’assiduité à tous les cours)

> contester les modalités d’un examen

** autorisé :

> signes religieux discrets.

> accessoires / tenues portés par tous, sans signification religieuse

> absence pour les grandes fêtes religieuses // Aucun examen ne doit être organisé par les établissements sur ces jours

** le dialogue

> pas une négociation

>  responsabilité du chef d’établissement en lien avec l’équipe de direction et les équipes éducatives

>  « initier une réflexion commune sur l’avenir de l’élève pour le mettre en garde contre les conséquences de son attitude et pour l’aider à construire un projet personnel ».

> ne pas heurter les convictions religieuses de l’élèves/des parents. « le respect de la loi n’est pas un renoncement à leurs convictions ».

* en cas de refus de se conformer : conseil de discipline avec risque d’exclusion.

** la loi ne change rien :

> pour les enseignants (principe de neutralité des agents du service public)

> pour les parents d’élèves : droit de porter des signes religieux

>  pour les élèves qui viennent passer un examen dans les locaux d’un établissement public, tant qu’ils se soumettent aux règles d’organisation de l’examen (respect de l’ordre et de la sécurité, vérification de l’identité, prévenir le risque de fraude)

** « principe indissociable des valeurs d’égalité et de respect de l’autre »

** Respect de la liberté de conscience

** Affirmation de « valeurs communes qui fondent l’unité nationale par-delà les appartenances particulières »

** respect des personnes et de leurs convictions

** « la laïcité ne se conçoit pas sans une lutte déterminée contre toutes les formes de discriminations »

* « l’intolérance et les préjugés se nourrissent de l’ignorance, la laïcité suppose (..) une meilleure connaissance réciproque y compris en matière de religion. »

* l’état ou ses agents ne doivent pas prendre parti / interpréter les pratiques ou les commandements religieux.

** « transmettre les valeurs de la République (…) :

– L’égale dignité de tous les êtres humains

– l’égalité entre hommes et les femmes

– la liberté de chacun y compris dans le choix de son mode de vie. »

** faire vivre ces valeurs

** développer et conforter le libre arbitre de chacun

** garantir l’égalité entre les élèves

** promouvoir une fraternité ouverte à tous

* il faut protéger l’école des « revendications communautaires »

* son rôle en faveur d’un « vouloir-vivre-ensemble »

* neutralité du service public : égalité et respect de l’identité de chacun

* l’école a vocation à accueillir tous les enfants, sans distinction de croyance ou de religion

* Enseignements pour une connaissance réciproque, y compris des religions : activités de « vivre ensemble » au primaire ; éducation civique au collège/lycée ;

* scientificité, pédagogie des enseignements

 

Cette loi reprend, en les détaillant et en les précisant, les préconisations des circulaires Bayrou de 1993 et 1994.

Si le revirement juridique devient total en 2004 par rapport à la vision de la laïcité initialement défendue par le Conseil d’Etat, en accord avec les lois précédentes et notamment celle de 1905, on peut admettre que le renversement de la norme avait déjà débuté dès 1993-1994.

Conseil d’Etat, 8 octobre 2004

Sujet : l’association « Union Française pour la Cohésion Nationale » a sollicité l’annulation de la circulaire relative à la loi de mars 2004.

Portée : cette décision a fait jurisprudence.

* les préconisations du ministre ne constituent pas un excès de pouvoir et n’atteint pas à la dignité des personnes : la circulaire ne fait qu’expliciter le texte de la loi afférente.

* La loi (et la circulaire) « ne portent pas une atteinte excessive » à l’article 9 de la CEDH ni à l’article 18 du pacte international des droits civils et politiques : son objectif est d’intérêt général, afin d’assurer le respect du principe de laïcité dans les établissements scolaires publics.

Circulaire Châtel, mars 2012[24]

Sujet : préparation de la rentrée 2012

Portée : rect.rices d’académie, direct.rices des services de l’éducation nationale, inspect.rices chargé.es des circonscriptions du 1er degré, inspect.rices de l’éducation nationale enseignement technique et enseignement général ; inspect.rices d’académie ; inspect.rices pédagogique régionaux ; chef.fes d’établissement ; professeur.es

* rappeler dans le règlement intérieur les principes de laïcité et de neutralité du service public.

« Ces principes permettent notamment d’empêcher que les parents d’élèves ou tout autre intervenant manifestent, par leur tenue ou leurs propos, leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques lorsqu’ils accompagnent les élèves lors des sorties et voyages scolaires. »

>> empêcher, donc, les parents d’élèves de porter des signes manifestant leurs croyances. Tentative d’étendre le principe de non-port des signes aux parents.

 

* permet de vivre ensemble

* « accueillante, à la fois idéal d’une société ouverte et moyen de la liberté de chacun. »

* « facteur de cohésion sociale »

* dans le cadre de l’Ecole : distinguer « savoir et croire »

* chaque élève doit réussir

* égalité des chances

* lieu de transmission de valeurs, de connaissances et compétences

* mots-clefs : personnaliser et responsabiliser

* service public et institution

* principes : laïcité, respect mutuel élèves/élèves, filles/garçons, élèves/maître, obligation de présence et d’assiduité

La charte de la laïcité de 2013

>> a priori, ce texte n’a aucune valeur réglementaire. Il est à placer sur le même plan qu’une simple circulaire

* aucun élève ne peut contester un enseignement au nom de sa religion.

* exercice de la liberté d’expression des élèves « dans la limite du bon fonctionnement de l’école comme du respect des valeurs républicaines et du pluralisme des convictions. »

* rejet de toutes les violences et discriminations : « culture de respect et de la compréhension de l’autre »

* garantit égalité fille/garçon

* aucun élève ne peut invoquer son appartenance religieuse pour ne pas se conformer aux règles de l’école

* « le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit ».

* les élèves doivent « contribuer à faire vivre la laïcité »

* «  la République laïque organise la séparation des religions et de l’Etat »

> en 1905, on parlait d’Eglise car ce qui était visé, c’était en réalité l’Institution religieuse. Le glissement est intéressant.

Cependant on peut supposer qu’il est dû au fait que le culte musulman, en France, ne dispose pas encore d’une organisation institutionnelle formalisée  de la même manière que les autres religions. C’est peut-être aussi pour cela que la Charte produit ce glissement.

* liberté de conscience

* liberté d’expression des convictions  « dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public. »

* souci d’intérêt général : permet la citoyenneté car concilie la liberté de chacun avec l’égalité & la fraternité

* offre aux élèves « les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre, faire l’apprentissage de la citoyenneté »

*  protège des prosélytismes ou pressions

* « la nation confie à l’école la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la république »
Circulaire afférente à la Charte de la laïcité[25]

Portée : rect.rices d’académie, direct.rices académiques des services de l’éducation nationale,  inspect.rices chargé.es des circonscriptions du premier degré ; chef.fes d’établissement, direct.rices d’école ; direct.rices d’établissement d’enseignement privé sous contrat

* Dans le secondaire, afficher publiquement la Charte de la laïcité

* afficher le drapeau tricolore, le slogan, la DDHC

* « garante à la fois des libertés individuelles et des valeurs communes d’une société qui dépasse et intègre ses différences pour construire ensemble son avenir. »

* « doit être comprise comme une valeur positive d’émancipation et non pas une contrainte qui viendrait limiter les libertés individuelles. Elle n’est jamais dirigée contre des individus ou des religions »

* garantit l’égal traitement de tous les élèves et l’égale dignité de tous les citoyens

* « condition essentielle de respect mutuel, de fraternité »

 

* la transmission du principe de laïcité par l’Ecole est indispensable « pour permettre l’exercice de la citoyenneté et l’épanouissement de la personnalité de chacun, dans le respect de l’égalité des droits et des convictions, et dans la conscience commune d’une fraternité partage autour des principes fondateurs de notre république. »

* mettre en place « une pédagogie de la laïcité »

 

[1] http://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789

[2] http://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789

[3] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000508749

[4] http://www.laicite-educateurs.org/IMG/circul_zay_31_dec_36.pdf

[5] http://www.laicite-educateurs.org/IMG/circul_zay_1937.pdf

[6] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000693420

[7] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000334174

[8] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006069117&dateTexte=20090422

[9] http://www.conseil-etat.fr/content/download/635/1933/version/1/file/346893.pdf

[10] article 20 du décret du 28 décembre 1976 et à l’article 2 du décret du 24 février 1989

[11] articles 8 et 9 du décret du 30 août 1985

[12] Article 14 du décret du 28 décembre 1976 et des articles 7 et 25 du décret du 21 août 1985 ; article 17 bis du décret du 28 décembre 1976

[13] http://www.assemblee-nationale.fr/12/dossiers/documents-laicite/document-2.pdf

[14] Pour les collèges et lycée, décrets n°85-924 du 30 août 1985 et n°85-1348 du 18 décembre 1985

[15] http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000007834413

[16] Notamment CE, 2 nov. 1992, Khérouaa, JCP;  CE, 14 mars 1994, Mlle Yilmaz, RDP, 1995, p. 221-249, note A. de LAJARTRE ;  CE, 10 mars 1995, M. et Mme Aoukili, JCP, G, n° 20, 1995, pp. 186-189 note N. VAN TUONG ; CE, 10 juill. 1995, Mlle Saglamer, AJDA, 1995, p. 647 ; CE, 20 mai 1996, Mlle Mabchour, RFDA, 1997, p. 162 ; CE, 20 mai 1996, Mlle Outamghart, RFDA, 1997, pp. 169-171 ; CE, 20 mai 1996, Khalid et Mme Stefiani, Rec., p. 460 ; CE, 27 nov. 1996, Mlle Akbaba, RFDA, 1997, p. 171 ; CE, 9 oct. 1996, Ministre de l’Éducation Nationale c/ UNAL, Dalloz, 1996, pp. 247-248 ; CE, 27 nov. 1996, M. et Mme Naderan, RFDA, 1997, p. 171 ; CE, 27 nov. 1996, Ligue islamique du Nord, RFDA, 1997, pp. 171-172 ; CE, 27 nov. 1996, M. et Mme Jeouit, JCP, 1997, II, 22808, p. 138, note B. SEILER ;CE, 20 oct. 1999, Épx Ait Ahmad, JCP, G, n° 19, II, 10306, 2000, pp. 862-863.

[17] Notamment, CE, 20 mai 1996, Ministre de l’Éducation nationale c/ M. Ali, AJDA, 1996, p. 710.  14 ; CE, 10 juill. 1995, Ministre de l’Éducation nationale c/ Mlle Saglamer, AJDA, 1995, p. 647.

 

[18] http://www.snes.edu/IMG/pdf/93-316.pdf

[19] http://www.assemblee-nationale.fr/12/dossiers/documents-laicite/document-3.pdf

[20] http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000007916516

[21] http://www.juricaf.org/arret/FRANCE-CONSEILDETAT-19950710-162718

[22] http://www.revuegeneraledudroit.eu/blog/decisions/conseil-detat-ssr-10-mars-1995-aoukili-requete-numero-159981-rec-p-122/#.VZaJqxvtlBc

[23] http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000252465&dateTexte=&categorieLien=id

[24] http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=59726

[25] http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=73659

Laïcité. Des combats d’hier aux enjeux d’aujourd’hui

Compte rendu de la conférence « Laïcité. Des combats d’hier aux enjeux d’aujourd’hui ». Organisée à Paris, dans le cadre des 150 ans de la Ligue de l’enseignement

Charlène Ménard, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

Première journée, le 24 octobre 2015

Matinée

Ouverture en présence de Pierre Tournemire, vice-président de la Ligue de l’enseignement

Première intervention : La maire du 12ème arrondissement de Paris ouvre le colloque en réaffirmant que la laïcité n’est pas une restriction, mais une liberté, et que c’est plus qu’un simple dialogue interreligieux.

Le colloque s’ouvre donc avec une mise en avant d’une orientation plutôt « libérale » de la laïcité (voir le philosophe politique John Rawls pour la logique libérale). Nous verrons par la suite qu’à une approche libérale peut s’opposer une vision civique (« la laïcité, c’est surtout l’égalité de droits, la défense de l’intérêt général avant l’intérêt particulier ») – c’est ce que défend par exemple Abdennour Bidar ou F. De la Morena ; ou encore une vision communautarienne (et non pas communautariste), qui considère plus volontiers le « droit à la différence » (approche défendue par le philosophe canadien Charles Taylor). Ceci représente des approches idéal-typiques au sein desquelles des divergences peuvent bien sûr exister.

ligue_de_lenseignement_bas-rhin_2

Intervention de Jean-Paul MARTIN (historien de la Ligue de l’enseignement, ancien maître de conférences) 

J.-P. Martin dresse un panorama historique de la Ligue de l’enseignement en présentant quatre moments importants :

I. Les débuts de la Ligue et du concept de laïcité (1866 – fin XIXème)

Jean Macé lance l’idée de la Ligue et d’une éducation populaire. Il fixe alors deux objectifs :

  • Aborder la laïcité par l’école (avec la lettre aux élus locaux de 1872 dans laquelle il définit la laïcité comme terrain neutre à l’école). La Ligue a participé à l’élan d’initiation des lois scolaires de 1880 sans y participer dans le détail.
  • Un objectif philosophique : La Ligue prônait un respect de l’athéisme, sans volonté d’imposer un déisme obligatoire. Pourtant, la Ligue étant très proche de la franc-maçonnerie à ses débuts, il existait donc en son sein beaucoup de confessions différentes, beaucoup de déistes et de spiritualistes.

La Ligue était partisane d’une laïcité inclusive, comme religion civile, dans laquelle la morale laïque remplacerait les devoirs envers Dieu.

II. Le tournant du XIXème au XXème siècle et la loi de 1905

La morale laïque est en évolution. Elle doit maintenant (début du XXème) parler du quotidien, et ne pas répondre aux questions ultimes de la vie (vie après la mort …). Elle doit laisser ouverte la question de l’origine de la morale et doit se centrer sur la solidarité, la science et le patriotisme. Continuer la lecture de Laïcité. Des combats d’hier aux enjeux d’aujourd’hui

Pour une histoire politique de la race

Compte-rendu de Schaub Jean-Frédéric (2015). Pour une histoire politique de la race. Paris : Seuil, 318 p.

 Sébastien Urbanski, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

L’ouvrage Pour une histoire politique de la race de Jean-Frédéric Schaub, directeur d’études à l’EHESS, se présente d’emblée comme une contribution dans un contexte historique précis : « deux ans avant les élections prévues en France en 2017 » (p. 20). Une des premières constatations, posée en forme d’énigme, est que le racisme comme discours d’oppression ne devient utile qu’à mesure du « triomphe de la plasticité des appartenances ». Les individus ont en effet la possibilité de choisir largement les attributs qui les définissent, et la pensée raciste consiste justement à leur contester cette faculté ou ce droit. C’est pourquoi le racisme peut aller de pair avec l’extension des droits : ainsi, « la stigmatisation des Afro-américains a atteint son maximum raciste quand ils sont devenus citoyens » (p. 19). Pour comprendre ce phénomène, l’auteur propose une plongée historique très large : persécution des Juifs dans l’Espagne du Moyen-âge, pendant le nazisme, persécution de diverses catégories de population en URSS, esclavage et ségrégation des Noirs en Amérique du Nord et latine… Le lecteur pourrait être déstabilisé d’avoir à passer rapidement d’une époque à l’autre, d’un lieu à l’autre, sans bien saisir – du moins au début du livre – la logique de ces allers et retours. Mais l’objectif de cette démarche est clairement précisé : proposer une analyse comparative, seul moyen de saisir ce qu’est le racisme au-delà de définitions locales, forcément limitées. Par exemple, si le critère de la couleur focalise l’attention des études américaines, c’est surtout en raison de l’histoire des Etats-Unis (ségrégation des Noirs par les Blancs). Il convient donc d’élargir le regard.

L’étude est divisée en huit chapitres, qui ne sont pas regroupés en parties. L’argumentation ne suit pas vraiment un plan prédéfini. L’auteur préfère évoquer les questions qui constituent son « fil rouge », pour y revenir ensuite afin de les développer et les illustrer plus avant. On peut toutefois distinguer trois moments : le premier (p. 21-95) pose les principaux problèmes, sans pour autant les résoudre : légitimité des études naturalistes sur la race, utilisation de la notion même de race en politique ou dans les études scientifiques, place du critère de la couleur pour définir la race… Le lecteur peut ainsi prendre conscience de la grande complexité du domaine. Le deuxième moment (p. 97-275) constitue le cœur de l’ouvrage, en donnant des pistes et des définitions claires pour mieux identifier le racisme dans sa globalité. Le troisième (p. 277 sq.) propose d’intégrer l’analyse dans une anthropologie générale, incluant sciences du vivant et sciences humaines et sociales.

123701_couverture_hres_0

La plongée historique comparative permet de comprendre que le racisme est souvent une réponse non à la visibilité de l’autre (couleur de peau par exemple), mais précisément à son invisibilité. C’est même là que l’auteur situe son origine historique. En effet, le plus ancien montage idéologique visant à contenir les dominés dans une position inférieure est sans doute celui qui cherche à lutter contre « l’obstination dans l’erreur vis-à-vis du Créateur et des vérités révélées. Juifs, musulmans et autres infidèles, cathares, païens au cœur endurci, tous ces groupes doivent être tenus à l’écart » (p. 114). Le désir de les convertir « est contredit par la prise de conscience malheureuse qu’il s’agit là d’une entreprise sans espoir » (p. 115). Cet échec religieux alimente la conviction que ces populations, pas forcément « de couleur » (Irlandais par exemple) sont frappées naturellement d’une incapacité à percevoir la vraie parole, autrement dit d’une barbarie qui se transmettrait de façon héréditaire, quelles que soient les tentatives de conversion. D’où l’importance supposée de la captivité et des travaux forcés, susceptibles de lutter, mieux que le simple baptême, contre l’infériorité naturelle de certaines minorités. L’objectif reste donc universaliste, conformément au message chrétien : il s’agit de donner à ces êtres captifs la chance d’effectuer leurs premiers pas hors de la sauvagerie. Mais il s’accompagne bien, sans paradoxe, d’une théorisation raciste, c’est-à-dire postulant des critères « biologiques » qui se transmettent de façon héréditaire. La même tension parcourt d’autres idéologies se présentant comme universalistes. Ainsi le communisme staliniste a pu développer des pratiques racistes, au sens où il fallait réduire en captivité, déporter et tuer non seulement les nobles ou les koulaks, mais aussi leurs enfants ou leurs petits enfants : tels individus auraient la noblesse dans le sang, tels autres seraient  marchands ou prêtres héréditairement (p. 177).

Continuer la lecture de Pour une histoire politique de la race