Archives par mot-clé : Médias

Faits religieux et médias

Compte rendu de la première journée du colloque « Faits religieux et médias » organisé par le GSRL le 23 mars 2016  

Religiosité des médias et médiatisation de la religion. Points de vue internationaux

Charlène Ménard, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

Introduction

Le colloque Faits religieux et médias est un colloque international et interdisciplinaire organisé par des doctorantes du Groupe sociétés, religions, laïcités (GSRL) de l’EPHE (CNRS).

Dans un premier temps[1], il regroupe des présentations d’études faites dans différents pays (Suède, Danemark, La Réunion, Russie, France) sur le rapport entre des événements religieux et leur couverture médiatique.

Les interventions s’inscrivent dans un temps médiatique long, qui s’étend de 2005, avec la publication des dessins de Mahomet dans le journal danois Jyllands-Posten, jusqu’à 2015 et les dernières caricatures de Charlie Hebdo en France, au lendemain des attentats de janvier. Ces éléments forment la toile de fond des interventions, qu’elles portent sur la situation en France ou à l’international. Il est certain que les événements liant médias et religions de manière très particulière ont été des temps forts dans la redéfinition de l’influence réciproque des médias sur les religions et des religions sur les médias.

La veille de l’ouverture de ce colloque, deux attentats meurtriers ont eu lieu à Bruxelles, revendiqués par l’organisation état islamique (Daesh), ce qui place cette rencontre dans une actualité brûlante. Des questions émergent rapidement dans un tel contexte : la peur est-elle augmentée par les médias ? Est-ce que les médias peuvent participer à la lutte contre la radicalisation ? Quelle est l’influence de la médiatisation des faits religieux sur l’organisation, l’évolution, interne des religions, et inversement comment l’évolution des religions influence-t-elle les médias ?

Sans apporter de solutions toutes faites à ces questions, ce colloque propose de réfléchir sur le rapport entre les médias et les faits religieux dans une perspective de mise en miroir des uns par rapport aux autres et d’identification de leurs relations d’influence.

berlin-569006_1280

Dans des sociétés où l’information, la communication et le divertissement jouent un rôle prépondérant dans la vie des individus, dans leur relation entre eux, dans leur relation à la société, au travail, à la culture, il est important d’avoir un regard réflexif sur ces liens d’influence et de co-construction.

Ouverture du colloque

Jean-Paul Willaime (directeur d’études émérite à l’EPHE) ouvre ce colloque par une citation de Pierre Bourdieu : « la construction de la réalité du monde social est un enjeu de lutte ! » – d’où la nécessité selon lui de toujours débattre. Aujourd’hui, la laïcité, la place de l’islam dans la société, sont des questions vives et polémiques, elles suscitent beaucoup de débats. Or, ces débats maintenant passent par une mise en image du monde social.

De plus, les discussions, communications, même en interne, ne sont plus cantonnées dans une enceinte close. Tout circule potentiellement, sur les réseaux sociaux (tweeter, facebook…), les événements, les moments de vie peuvent être captés (vidéo, photo) et diffusés. La frontière entre ce qui relève de la vie privée et de la vie publique se floute. Les médias publicisent l’intime, réduise la frontière public / privé, ils redéfinissent la sphère publique, qui devient une sphère médiatique. Chacun se trouve en lutte pour la visibilité. Pour survivre, il est devenu nécessaire de s’exposer médiatiquement.  Continuer la lecture de Faits religieux et médias

Réflexions sur l’ « analphabétisme religieux »

Compte rendu critique de la session 4 du séminaire « Faits religieux et médias » organisé par le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) le jeudi 24 mars 2016  

Sébastien Urbanski, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

 

Les 23 et 24 mars 2016, le Groupe Sociétés Religions Laïcité (EPHE-CNRS) a organisé un intéressant colloque sur « Faits religieux et médias ». J’en propose ici un compte-rendu critique à partir de la quatrième session, incluant deux tables rondes. Celles-ci permettent d’ouvrir un débat sur le fonctionnement des médias, les caractéristiques du public, le travail des journalistes et ce qui est appelé l’« analphabétisme religieux » des Français (pour un compte-rendu de la première  journée, voir la contribution de Charlène Ménard).

  1. Première table ronde : Pratique et déontologie journalistiques à l’épreuve des faits religieux

La première intervenante est Sophie Gherardi, responsable du site aujourd’hui fermé fait-religieux.com. Sa première remarque est importante car elle sera exprimée sous différentes formes par d’autres participants : il y aurait en France une méconnaissance voire une indifférence envers le mobile religieux, mais aussi de fréquents « pics névrotiques » lorsque ce sujet est évoqué. Les Français auraient tendance à ignorer le fait qu’au nom de la religion, on puisse se positionner un peu différemment.

Cette thèse résume déjà assez bien l’esprit de cette quatrième session, marquée par une volonté d’analyse tout à fait salutaire, mais aussi par une déploration sur le désintérêt des Français à l’égard de la religion. Certes, il serait tout aussi déplacé de dire que la connaissance du « fait religieux » est en France excellente. Mais on peut aussi rappeler que la France est un pays très sécularisé, avec une grande proportion de non-croyants et de personnes sans religion. Dans cette perspective, on peut comprendre une certaine indifférence à l’égard du « religieux » avant de la déplorer. Cela dit, l’exposé de Gherardi est instructif. Elle explique que le site fait-religieux.com était destiné à diffuser des informations de qualité pour que les citoyens puissent se faire une idée plus exacte « du paysage religieux et de sa vie ». Le site disposait de moyens, était en mesure de mobiliser des journalistes. Toutefois, il s’est heurté au problème général de la crise la presse.

Selon Gherardi, certaines évolutions positives sont à remarquer, notamment à propos de la compréhension du principe de laïcité. Par exemple, au début de l’existence du site internet mentionné, soit en 2012, les entrepreneurs semblaient penser que puisque la France est laïque, alors les entreprises sont laïques. Un travail de pédagogie a permis de montrer que la laïcité concerne l’Etat et ses extensions. Aujourd’hui la plupart des entrepreneurs contactés savent mieux définir ce qu’est la laïcité : liberté de conscience, de l’exercice des cultes… La réponse selon laquelle ce principe équivaudrait à l’« interdiction de la religion dans l’espace public » devient plus minoritaire. Il semble donc que le débat public contribue à informer vraiment les citoyens.

church_of_the_holy_cross_in_rzeszow_radio_via

Ces analyses instructives se mêlent toutefois, de nouveau, à un discours plus moralisateur. Ainsi, le site fait-religieux.com aurait disparu en raison d’un problème spécifiquement français qui est le suivant : « en France on a beaucoup de mal à s’intéresser à la religion de manière naturelle ». Mais en quoi est-ce véritablement un problème ? On pourrait penser que ceux qui s’intéressent à la religion de manière naturelle sont les croyants, peut-être aussi les anciens croyants. Pour d’autres, l’intérêt est indirect : comprendre un événement historique, une crise politique, des tractations diplomatiques… Autrement dit, dans une société fortement sécularisée, il n’est pas étonnant de constater un faible intérêt « naturel » pour les religions.

La méconnaissance des religions irrite visiblement Gherardi, ce qu’elle exprime en racontant l’anecdote suivante. Un journaliste lui posa une question sur monseigneur Barbarin et l’affaire de crimes pédophiles qui a secoué le monde médiatique en février 2016 : « combien de temps monseigneur Barbarin peut-il tenir ? ». L’oratrice explique que cette question révèle une ignorance regrettable du fait religieux, car monseigneur Barbarin n’est pas un homme politique qui pourrait avoir à démissionner sous les huées. Les évêques sont en effet nommés par le pape, et monseigneur Barbarin n’a pas à répondre devant le pape mais devant la justice. Ces explications très claires sont bienvenues. Peut-être la question du journaliste aurait-elle pu être mieux formulée, mais cela la rend-elle non-pertinente ? Il semble bien que des révocations d’évêques par le pape aient déjà eu lieu par le passé. La question du journaliste pourrait donc être comprise comme une occasion de clarifier ces points difficiles. La déploration de l’« analphabétisme religieux » est-elle ici vraiment appropriée ?

Jean-François Mayer (Fribourg) développe un point de vue moins normatif et plus nuancé. Il présente un autre site internet, toujours accessible, intitulé Religioscope, qui fait le lien entre les recherches et la communication de leurs résultats. Né en 2002, Religioscope prend acte des transformations que l’ère d’internet implique pour les religions mais aussi pour la recherche. Le point de vue encouragé sur ce site est « empathique et non confessionnel », refusant de tomber dans le prescriptif ou la sympathie naturelle pour une religion en particulier. Les désaccords au sein de la rédaction n’empêchent pas un accord global qui permet de faire fonctionner Religioscope, même sur des « petits sujets » apparents comme les noirs Abayudaya d’Ouganda, convertis au judaïsme[1] ; il s’agit d’un article très consulté. En somme, l’objectif est de promouvoir un journalisme académique, axé sur l’international, évitant de privilégier par exemple une lecture « française », ou « suisse », etc. Le succès du site a permis de former des journalistes sur le fait religieux, en accord avec ministère des affaires étrangères suisse. Continuer la lecture de Réflexions sur l’ « analphabétisme religieux »