Archives par mot-clé : Morale

Appel à contributions sur l’éthique à l’école

Numéro thématique de la Revue internationale du GRÉÉ (anciennement Dossiers du GRÉÉ)

Appel à contributions

L’éthique à l’école : où en sommes-nous ?

Qu’en est-il de l’éthique à l’école ? Est-ce qu’elle s’enseigne ou se pratique? Est-ce qu’elle s’apprend (par la réflexion critique, par exemple) ou s’impose-t-elle verticalement ? Est-ce qu’elle est esquivée par une vision technicienne de l’éducation ou est-elle affirmée en tant que visée de l’éducation? Comment la reconnaitre au travers de ses dénominations plurielles : éthique, morale, éducation civique, instruction civique, éducation aux valeurs, etc.

Nombre de pays d’Europe et d’Amérique du Nord ont passé le cap de l’innovation conceptuelle et pédagogique : des programmes sont soit déjà en place depuis quelques années, soit en train de se mettre en place, avec des fortunes institutionnelles diverses et des pratiques éducationnelles, qui le sont encore plus. Tantôt fer de lance de la laïcité, tantôt rivale des morales confessionnelles, mais tantôt alliée de ces mêmes morales, l’éthique à l’école semble par ailleurs peiner à faire sa place et à s’établir dans une identité stable.

À cette difficulté se combine le problème de la posture disciplinaire. L’éthique est-elle avant tout transversale? Est-elle nécessairement intriquée à l’histoire ou la culture, religieuse en l’occurrence? Est-elle enseignée, pratiquée, apprise ou imposée dans une logique de compétences ou de contenus ? Est-elle tout simplement esquivée ?

Et qu’en est-il de l’éthique dans la formation des élèves et de l’éthique du personnel enseignant ? Ces deux éthiques sont-elles ou devraient-elles être associées ou dissociées ? Quelle posture le personnel enseignant adoptera dès lors qu’il se trouve en décalage avec la position d’un programme ou d’un élève ? Selon les contextes, la visée est-elle de favoriser le consensus ou plutôt les désaccords, l’expression des opinions ou la mise en évidence de ce qui est commun ? Dans quelle mesure ces éléments peuvent-ils s’articuler de façon complémentaire ?

Faire le point sur l’état de l’éthique à l’école dans différents pays d’Europe et d’Amérique du Nord vise à mieux comprendre les problématiques actuelles, de saisir les acquis, mais aussi les enjeux. Cet état des lieux vise aussi à estimer dans quelles mesures les diverses expériences de mise en œuvre sont susceptibles de s’éclairer mutuellement.

Délais de soumission des contributions : 31 août 2017 en fichier Word à gree@uqam.ca

Tous les manuscrits sont soumis à l’évaluation à l’aveugle par deux membres du comité de lecture externe. Les manuscrits doivent être accompagnés d’un résumé en français et en anglais d’au plus 150 mots et de cinq mots-clés. Un résumé en allemand peut être ajouté pour ceux qui le peuvent. Les manuscrits soumis qui ne respectent pas toutes les directives aux auteurs seront d’emblée refusés. Conformément aux usages, les auteurs acceptent de ne pas soumettre simultanément leurs textes à une autre revue.

Responsables : Samuel Heinzen (Haute École Pédagogique de Fribourg), Anne-Claire Husser (Université de Lyon), Sébastien Urbanski (Université de Nantes)

La Revue internationale du GRÉÉ est co-éditée par l’Université du Québec à Montréal et la Haute École Pédagogique de Fribourg: site internet

Télécharger les normes de présentation: Directives aux auteurs 2017

L’enseignement moral et civique

Quelques éléments de problématisation et de mise en perspective historique

Anne-Claire Husser

UMR 8070 CERLIS (U. Paris-Sorbonne) et EA 4571 Éducation, Cultures, Politiques (U. Lyon 2 et UJM St-Étienne)

Ce texte est le résultat d’un travail de clarification mené auprès des stagiaires de l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPÉ de Paris), dans le cadre d’un module consacré à la mise en place de l’EMC (Enseignement Moral et Civique).
Introduction

Depuis la mise en place de l’école laïque, « l’enseignement moral » a toujours été, pour des raisons historiquement diverses, un enseignement controversé :

– il l’a été au moment de la laïcisation de l’école primaire, à la fin du XIXe siècle, lorsqu’il s’est agi de le dissocier de l’enseignement religieux

– il l’a été en 1985 lorsque le ministre de l’époque, J-P Chevènement, a réintroduit à l’école primaire et au collège une éducation civique faisant une large place à la transmission des valeurs ;

– et plus récemment, en 2012, lorsque le ministre Vincent Peillon, s’est proposé de le relancer à tous les degrés dans le cadre de la refondation de l’école de la République.

Au delà des variations du contexte dans lequel ils surviennent, ces débats se nourrissent du fait que « la morale » n’a jamais été une « matière » comme les autres:

– d’une part, parce qu’elle n’est pas, on l’a dit, à proprement une discipline mais qu’elle relève de ces aspects transversaux de la formation qui ont parfois du mal à trouver leur place dans les curricula;

– d’autre part, parce qu’elle engage, à côté des savoirs, quelque chose qui ne relève pas du savoir et qui pourtant fait bien aussi l’objet d’une éducation : une disposition à agir et une certaine sensibilité.

Pour prendre la mesure de cette singularité, il faut ici d’emblée distinguer l’enseignement moral proprement dit de l’instruction civique à laquelle il est lié sans se confondre tout à fait avec elle. Cette distinction était au reste bien présente à l’esprit du ministre V. Peillon lorsqu’il expliquait dans la presse en 2012 :

« Je n’ai pas dit instruction civique mais bien morale laïque. C’est plus large, cela comporte une construction du citoyen avec certes une connaissance des règles de la société, de droit, du fonctionnement de la démocratie, mais aussi toutes les questions que l’on se pose sur le sens de l’existence humaine, sur le rapport à soi, aux autres, à ce qui fait une vie heureuse ou une vie bonne. »[1]

rerre

Cette définition repose il est vrai sur une approche très substantialiste de la morale scolaire, approche dont se démarque les programmes de l’EMC qui viennent d’entrer en vigueur, mais on peut néanmoins en retenir la ligne de partage suivante:

l’instruction civique vise avant tout l’enseignement les règles qui permettent la coexistence des libertés dans un espace démocratique et le fonctionnement des institutions qui les garantissent;

la morale, elle, va au delà dans la mesure où elle tend à promouvoir auprès de la jeunesse un idéal de conduite et à lui proposer un modèle de personnalité auquel s’identifier.

Pour reformuler cette distinction dans un lexique emprunté au philosophe John Rawls, on dira que :

– l’instruction civique s’en tient au juste;

– la morale s’aventure sur le terrain du bien.

Cette ligne de partage est évidemment mouvante dans la mesure où l’instruction civique ne saurait rester purement descriptive : elle enveloppe toujours de façon plus ou moins incitative une éthique du vivre-ensemble et elle engage bien un système de valeurs à faire partager. Comme le faisait remarquer Pierre Kahn, président du groupe d’expert en charge de la rédaction des programmes de l’EMC: « quand on admet l’instruction civique, on n’échappe pas si facilement à la morale »[2]

Continuer la lecture de L’enseignement moral et civique