La laïcité falsifiée

Compte-rendu de Baubérot Jean (2014). La laïcité falsifiée. Paris : La Découverte, 228 p.

Charlène Ménard, Université Lyon 2

EA 4571 Education, Cultures, Politiques

Jean Baubérot est professeur émérite de la chaire Histoire et sociologie de la laïcité à l’EPHE. Il a fondé le Groupe « Sociétés, religions, laïcités » (CNRS-EPHE), dont il est toujours membre. Ses nombreux travaux sur la laïcité (La laïcité sans frontières, Seuil, 2011 ; Vers un nouveau pacte laïque, Seuil, 1990 ; Les laïcités dans le monde, PUF, 2007 ; etc.)  font autorité et ont été traduits en quatorze langues. En 2008, il avait déjà attiré l’attention sur un travestissement de la laïcité dans son ouvrage La laïcité expliquée à M. Sarkozy et à ceux qui écrivent ses discours (Albin Michel, 2008). Il tient également un blog sur le site Mediapart (http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-bauberot) sur lequel il traite de l’actualité en lien avec la laïcité.

La laïcité falsifiée a été publiée une première fois en 2012. Ici, c’est la dernière édition de 2014, avec une nouvelle postface traitant de « La laïcité et la gauche ». Il y résume l’accueil de son livre en 2012, puis l’évolution de la laïcité après « les années Sarkozy ». Il donne également quelques perspectives pour la gauche maintenant au pouvoir.

Cet ouvrage est un livre de vulgarisation, engagé et s’adressant à tout public. Baubérot part ici des faits pour démontrer la falsification de la laïcité par la droite et l’extrême droite. Les opinions de l’auteur sont clairement visibles et argumentées. Cet ouvrage a été écrit dans un contexte de questionnements et de débats  autour de la laïcité et de l’identité nationale qui ont eu lieu tout au long du quinquennat de N. Sarkozy.

Baubérot part du constat que la laïcité, auparavant un apanage de la gauche, est aujourd’hui devenu un principe très régulièrement évoqué et utilisé par la droite et l’extrême droite. Il dénonce cette droitisation et cette nouvelle conception de la laïcité qu’il appelle « laïcité identitaire » ou « catho-laïcité » et qu’il théorisera plus tard dans son livre Les 7 laïcités françaises[1]. Il énumère ainsi les conséquences et les causes de la naissance de cette « nouvelle laïcité » dans la société. Il exprime un fort sentiment d’inquiétude et de rejet de cette laïcité qu’il dénonce ici dans un style pamphlétaire et accusateur.

Pour étayer son propos, Baubérot se base sur des articles de presse, des discours politiques, des faits historiques et sociaux. Il découpe son ouvrage en 8 chapitres thématiques. Dans les 6 premiers, il présente, sous un angle à chaque fois différent, le glissement de la laïcité de gauche en ce qu’il appelle ici la laïcité UMPénisée (à travers les faits d’actualité, le traitement médiatique, le Haut conseil à l’intégration, la vision de la femme). Dans le septième chapitre, il présente « un programme républicain pour refonder la laïcité ». Il y énonce 3 conditions pour cette refondation de la laïcité sur les principes de liberté, d’égalité. Dans un dernier chapitre il évoque la nécessité de n’être « ni pute ni soumise », de résister et de s’approprier une « laïcité intérieure ».

Le FN, avec à sa tête Marine Le Pen, s’est emparé des occurrences très médiatisées et pourtant très isolées et mineures des prières de musulmans dans les rues[2] pour afficher une nouvelle vision de la laïcité, une laïcité qu’il faudrait « défendre » contre le communautarisme. Ainsi, selon l’auteur, Marine Le Pen a réussi, à travers la surmédiatisation de cet événement, à créer un consensus général (à droite comme à gauche) sur la nécessité de défendre la laïcité. Baubérot dénonce ici ce qu’il appelle le « montre doux », c’est-à-dire la machine médiatique diffusant un système de culture de masse qui supprime la frontière entre fiction et réalité et joue sur les peurs des individus pour faire « du buzz » sans approfondir les questions. L’auteur constate ainsi que la laïcité bascule du champ du politique vers le champ du médiatique, les médias surréagissent face aux faits, créent une inflation idéologique et produisent ainsi des catégories, des perceptions du monde et des groupes sociaux déformées et stéréotypées dans lesquelles les individus s’engouffrent.

Ensuite, au sein de l’UMP, la laïcité est défendue à travers un biais idéologique et une stigmatisation d’une communauté en particulier : les musulmans. L’UMP souhaitait mener un grand débat sur l’identité nationale or, ce débat a été dénoncé par le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) et par les évêques de France comme s’attaquant ouvertement à l’islam sous le couvert de la laïcité tout en instrumentalisant les peurs des citoyens. L’UMP construit alors une vision biaisée de la laïcité. C’est ce que l’auteur nomme la « catho-laïcité », une laïcité à 2 vitesses, douce pour les catholiques et dure pour les musulmans. Tous ces questionnements autour de l’identité nationale et de la stigmatisation des communautés musulmanes troublent l’opinion publique et les politiques. L’UMP réduit la laïcité à la simple liberté religieuse alors qu’elle inclut également le libre exercice des cultes et la liberté de ne pas croire. C’est une nouvelle laïcité, restrictive et de contrôle que l’UMP promeut à travers ce débat autour de l’identité nationale.

La « nouvelle laïcité » à droite s’oppose donc à la laïcité historique construite par la gauche, mais la gauche s’approprie petit à petit les thèmes de la « nouvelle laïcité » et les intègre dans ses discours. Ainsi, la laïcité, au-delà du principe politique et juridique, est dressée en religion civile et cherche de plus en plus à ré-officialiser des religions (laïcité concordataire) et à restreindre la liberté de conscience. Or, la restriction ne peut être la règle, elle n’est que l’exception et ne  s’applique que lorsque l’ordre public est menacé. On ne peut imposer la sécularisation par la laïcité, on ne peut forcer les individus à être libres. De plus, selon Baubérot, les revendications autour du port du voile seraient avant tout un mouvement de crispation face à la sécularisation. L’école, première institution à avoir introduit la laïcité dans son organisation (lois Ferry de 1880-1881), ne doit pas se placer en défense d’une religion laïque d’Etat, mais au contraire doit préserver sa neutralité par respect pour la liberté de conscience. Les institutions comme l’école doivent tenir un équilibre entre souci de l’individu et besoin du collectif. Ainsi, la laïcité n’est pas seulement la neutralité, c’est aussi la séparation des Eglises et de l’Etat, la liberté de conscience et l’égalité des droits.

La laïcité, falsifiée par la droite, a basculé vers une « problématique d’intégration des immigrés », et plus particulièrement des musulmans. La droite, avec Nicolas Sarkozy, cherche alors à établir un socle culturel commun, construit sur des racines chrétiennes et juives. La laïcité devient une marque culturelle et identitaire de la France et non plus une distanciation par rapport à la domination religieuse, c’est ce que Baubérot appelle la « catho-laïcité ». La laïcité fait alors référence à une identité nationale et à la défense d’une culture, dans une vision idéalisée du passé. Les musulmans devraient se fondre dans cette identité nationale. Les mesures de la laïcité s’appliquent alors aux individus, et non plus aux institutions. La droite sacralise ainsi une histoire, un passé, une vision de l’Etat fort et fait l’impasse sur les périodes troubles (colonisation, rejet des immigrés italiens et polonais). Pour la droite, accepter la laïcité, c’est entrer dans le moule et accepter les traditions françaises. La nouvelle laïcité est ainsi franco-française et identitaire.

Au début des débats autour de la laïcité, la société, profondément patriarcale, n’a pas remis en cause le système social et ne considérait pas la laïcité comme opposé au sexisme[3]. Aujourd’hui, le schéma n’a pas beaucoup évolué puisqu’il est admis que la femme musulmane est « soumise » et qu’il faut la libérer en lui interdisant de porter le voile et en lui imposant un comportement qui correspondrait plus aux codes de la société française traditionnelle. La femme musulmane, comme la femme française du début du XXème siècle est rabaissée à un niveau inférieur de conscience, elle « est soumise parce qu’elle ne se soumet pas aux injonctions qui lui sont faites, parce qu’elle est autre que ce que l’on voudrait qu’elle voit » (p. 89). Ainsi, pour l’auteur, la critique des minorités ne remet pas en cause le conformisme des dominants et établit un schéma familial stigmatisé considéré comme atemporel et immuable pour les musulmans (une femme soumise et portant le voile, un homme violent et irrespectueux).

TABLEAU RÉCAPITULATIF

Ch Titre Faits sociaux Acteurs politiques Leur vision Vision falsifiée, car …
1 Quand la « laïcité » se trouve lepénisée Les prières de rue Le FN / Marine LE Pen Contre le communau- tarisme.Les religions, c’est dans l’espace privé La loi de 1905 : garantit l’exercice des cultes dans l’espace public. La laïcité doit être promue et non défendue
2 La laïcité stigmatisante de l’UMP Débat autour de l’identité nationale L’UMP / Nicolas Sarkozy Laïcité = liberté religieuse seulementLaïcité restrictive et de contrôle Laïcité = liberté de conscience (> liberté religieuse)+ assure le libre exercice des cultes.La laïcité ne peut être identitaire, car elle ne peut être l’outil de stigmatisation d’une communauté.
3 Au cœur du politique, laïcité et démocratie Port du voile à l’école François Baroin / l’UMP Laïcité vue de plus en plus comme une religion publique, restriction de la liberté de conscience L’Etat garantit le libre exercice des cultes de toutes les religions dans l’espace public. La limite à la liberté d’exercice des cultes ne doit être que l’ordre public. La laïcité est un mode du politique et non une religion. La liberté est le principe et la restriction, l’exception.
4 D’une laïcité publique à une laïcité identitaire Débat sur l’identité nationale La droite / Nicolas Sarkozy Laïcité identitaire, garante d’une identité nationale et d’une culture particulière (« catho-laïcité ») La laïcité s’applique aux institutions et non aux individus. La «catho-laïcité» est un biais, souple pour le catholicisme, dur pour l’islam.
5 Les deux laïcités et l’égalité des sexes Le port du voile La droite La laïcité devrait forcer la libération de la femme La laïcité n’a pas toujours défendue la liberté de la femme, bien au contraire. On ne peut forcer quelqu’un à se libérer en lui imposant des restrictions vestimentaires.
6 La laïcité, du politique au médiatique : «le montre doux» Nécessité de faire le «buzz» Les médias Déformation de la laïcité et des faits qui touchent à la laïcité pour choquer, «surfer» sur les peurs La laïcité est déformée car les médias mettent les projecteurs sur des faits souvent mineurs pour faire du buzz. Les médias déforment aussi la réalité et donc la perception de la réalité par les citoyens.

Suite à cette analyse des faits socio-médiatico-politiques autour de la laïcité, l’auteur identifie deux types de « partisans de la laïcité » :

  • les partisans d’une actualisation d’une culture laïque historique, d’une laïcité de gauche.
  • Les partisans d’une laïcité hostile à l’islam. La laïcité nouvelle, dominante et restrictive.

La laïcité, pour l’auteur, ne doit pas s’enfermer dans une laïcité républicaine dressée comme exception française. Ainsi, Baubérot énumère les différents besoins de la société :

  • Plus de débats sur les différentes conceptions de la laïcité.
  • Eviter les faux débats, comme celui autour du port du voile.
  • Une critique de la société globale et des médias.
  • Une différenciation entre la sécularisation (socio-culturelle) et la laïcité (politique).
  • Un enseignement du fait religieux et de l’histoire plus complet (colonisation, immigration…).
  • Une lutte contre les discriminations directes et indirectes.
  • Des conseillers humanistes dans les institutions.
  • Une meilleure considération des non-religieux (athées, agnostiques)
  • Une attention particulière aux effets que les interdictions et les obligations ici, en France, peuvent avoir ailleurs, dans d’autres pays (alimentation de l’anti-occidentalisme en Orient par exemple).
  • La nécessité d’une « laïcité intérieure », de n’être « ni pute, ni soumise ». C’est-à-dire de s’imposer une rigueur et une gymnastique intellectuelle permanente pour ne pas tomber dans le dogmatisme. L’idée est ici de s’imposer une discipline de la conscience et du doute, pour n’être ni « pute » envers la domination d’une société capitaliste et consumériste, ni « soumise » aux stéréotypes et aux dogmes véhiculés par cette société. La laïcité intérieure est conçue comme outil de résistance au « monstre doux ».

CONCLUSION ET PERSPECTIVES

Résumons : cet ouvrage défend une vision de la laïcité en opposition à la laïcité identitaire et restrictive, la « catho-laïcité » de la droite, de l’extrême droite, et, de plus en plus, de la gauche. L’auteur ne se place pas dans une démarche qui se voudrait tout à fait neutre, mais au contraire, développe son point de vue de manière claire, et parfois incisive. Ce n’est pas un livre de sciences sociales mais plutôt de théorie politique. Il est important, pour bien saisir l’ampleur du débat et la multitude de positions idéologiques autour de la question de la laïcité, d’aller voir ce que d’autres auteurs ont à en dire.

Catherine Kintzler[4], philosophe, aborde la laïcité comme un principe fondateur de la République et comme un principe de liberté, d’égalité et de justice. Sa pensée se distingue de celle de Baubérot sur certains points, et notamment sur le cas scolaire (port du voile…).  Elle propose un point de vue plus analytique, plus précis conceptuellement, mais sans doute moins contextualisé historiquement. Baubérot affirme tenir Kintzler « en grande estime parce qu’elle effectue, de livre en livre un véritable travail intellectuel sur la laïcité, tenace et qui constitue une pièce essentielle d’un débat sur le sujet[5] ». Leurs points de vue semblent converger de plus en plus avec les évolutions récentes, car ils s’opposent tous deux à une laïcité identitaire.  Vincent Peillon[6] (philosophe) traite également du sujet en choisissant de placer la laïcité comme religion civile, comme principe sacré dans une société sécularisée, en référence à la philosophie spiritualiste de Ferdinand Buisson. Il considère la laïcité comme une « valeur » alors que Kintzler préfère la définir comme un principe politique ; quant à Baubérot, il est sceptique quant à la possibilité de promouvoir une « religion civile ». Cécile Laborde[7], politologue, oppose, elle, un « républicanisme classique »  à un « républicanisme tolérant » et multiculturaliste. Elle affirme que ces deux modèles ne sont pas suffisants pour répondre aux questionnements autour de la laïcité. Le premier est instrumentalisé par la droite dans un sens patriotique, et le second souhaite généraliser les entorses à la laïcité.  Une troisième voie qu’elle appelle le « républicanisme critique », serait plus pertinente.

Le républicanisme critique est une reformulation du républicanisme classique à la lumière de la « théorie de la non-domination » de Philip Pettit[8] : dans cette perspective attachée à la neutralité de la sphère publique, il n’est pas nécessaire de reconnaître des identités, mais il faut néanmoins prendre en compte les effets de domination que certaines d’entre elles peuvent subir. Mentionnons également la position de J.-P. Willaime, favorisant ce que Laborde appelle un « républicanisme tolérant ». Au contraire de Laborde, qui insiste sur la spécificité française, Willaime considère qu’il existe une « laïcité européenne ». Ce point de vue n’est pas partagé par tous. Il est remis en cause  par Philippe Foray[9], et selon Baubérot l’approche de Willaime « rappelle un peu, implicitement, celle de la fin de l’histoire. Pour Jean-Paul Willaime, les sociétés nationales ont “chacune pour leur part, réglé d’une certaine façon les relations État-religions”. Eh non, rien n’est “réglé” car le changement social continue[10] ».  Ainsi, ces auteurs rejoignent et se différencient de la pensée de Baubérot. Ensemble, ils permettent d’affiner la compréhension de ce vaste et complexe sujet qu’est la laïcité.

[1]  Baubérot, J. (2015). Les 7 laïcités françaises. Paris : EMSH.

[2] Environ 10 occurrences relevées, or les français estimaient en moyenne à 195 le nombre de prières de rue en France à la fin de cette « affaire des prières de rue » selon un sondage. Ce sondage montre l’influence des discours politiques et du traitement des événements par les médias sur les croyances et la perception de la réalité des individus.

[3] Bien au contraire, puisque la laïcité a été invoquée comme argument contre le droit de vote des femmes ! Elles étaient en effet considérées comme incapables de penser par elles-mêmes et toujours sous l’influence du curé.

[4]  Kintzler, C. (2014). Penser la laïcité. Paris : Minerve.

[5]  http://jeanbauberotlaicite.blogspirit.com/index-37.html

[6]  Peillon, V. (2010). Une religion pour la République, la foi laïque de Ferdinand Buisson. Paris : Seuil.

[7] Laborde, C. (2010). Français, encore un effort pour être républicains ! Paris : Seuil.

[8] Pettit, Ph. Républicanisme : une théorie de la liberté et du gouvernement. Paris : Gallimard.

[9] Foray Ph. (2008), La laïcité scolaire : autonomie individuelle et apprentissage du monde commun. Berne : Peter Lang. Ph. Foray est membre du laboratoire Education, Cultures, Politiques.

[10]  Baubérot Jean (2009), « Pour une sociologie interculturelle et historique de la laïcité », Archives de sciences sociales des religions, 146.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *